Vous souhaitez créer une boutique en ligne ?

Comment faire du social selling ? L’exemple de Flowrette

Interview Flowrette

Les fans de décoration ont probablement déjà croisé la marque Flowrette lors de leurs pérégrinations en ligne ou peut-être même lors de leurs balades parisiennes, dans le 17ème arrondissement où se trouve la boutique physique de la marque. Si ce n’est pas le cas, cet article est l’occasion pour vous d’en découvrir un peu plus sur Flowrette.

Mieux encore, en tant que marchand (ou futur marchand) vous allez pouvoir bénéficier de conseils en matière de social selling de la part de Côme, co-fondateur de la marque. Le social selling, au même titre que le digital marketing est devenu une stratégie incontournable pour les marques en ligne qui souhaitent développer leur activité.

Alors qu’est-ce que le social selling ? En quoi peut-il vous être utile ? Côme vous offre quelques clés à travers son expérience personnelle.

Qu’est-ce que le social selling ?

Le social selling, on en entend parler sans tout à fait comprendre les subtilités. Souvent confondu avec le marketing digital, le social selling sert en réalité aux commerciaux à identifier des prospects et à les diriger naturellement vers la marque pour laquelle ils travaillent. L’idée derrière le social selling est ainsi de trouver la bonne cible, de nouer des liens avec de futurs clients et de fidéliser une communauté, et ce afin de créer une relation commerciale pérenne, tout cela à l’aide des réseaux sociaux. De l’écoute sociale à la conversion, le social selling est un outil aussi complet qu’efficace pour venir peaufiner une stratégie commerciale. Pour mieux comprendre, on pourrait dire que le social selling est synonyme de démarchage téléphonique, mais dans une version digitale. Cet outil, les fondateurs de la marque Flowrette ont choisi de l’exploiter dès la création de l’entreprise. Côme nous explique pourquoi.

Flowrette, la petite marque née d’une passion devenue grande

Flowrette, c’est avant tout l’histoire d’Elodie, qui à la recherche d’un projet plus manuel et plus artistique a commencé à réaliser des créations en fleurs séchées en octobre 2019. C’est après avoir combiné son travail salarié et son activité créative pendant quelques mois qu’Élodie, soutenue par son compagnon Côme, décide de s'investir totalement dans Flowrette. Voilà qui tombe bien pour ce couple qui nourrissait ce désir d’entreprendre main dans la main. Flowrette, désormais porté par deux personnes, se mute en projet professionnel pour ce couple qui s’était rencontré dans le cadre de leur travail chez OUI Sncf.

Très vite, une complémentarité se crée entre Élodie et Côme, elle, créative et à l’origine de Flowrette est chargée des créations quand Côme, de son côté et fort d’expériences passées dans le secteur du e-commerce, donne vie au site de la marque. Si Shopify ne fut pas son premier choix lors de la création du tout premier site de Flowrette, Côme a fini, en janvier 2020, par se raviser. Et il ne regrette pas sa décision.

« Shopify est de loin ce qui se fait de mieux, nous avons déjà changé deux fois de site depuis que nous utilisons Shopify, nous venons de lancer sa nouvelle version il y a quelques jours seulement ». 

Instagram et Pinterest, le choix de plateformes visuelles pour remplir des objectifs d’image et de conversion

Pour Élodie et Côme, pas de doute, Flowrette est une marque qui se raconte au quotidien et quoi de mieux que les réseaux sociaux pour le faire ! Née sur internet et bien qu’elle dispose d’une boutique physique, pour ses fondateurs, l’ADN de Flowrette est bien celui d’une DNVB, le social selling a donc tout naturellement été intégré à la stratégie commerciale de Flowrette et ce dès le départ. Avec des objectifs à la fois d’image et de conversion, le duo a choisi de se concentrer sur trois réseaux sociaux : Instagram, Facebook et Pinterest.

Le choix d’Instagram et de Pinterest fut pour Élodie et Côme une évidence « nous avons tout de suite choisi de privilégier les canaux graphiques », ces deux plateformes servent cependant des objectifs différents pour Flowrette :

« Instagram et Facebook servent plus la conversion. Pinterest est plus en amont de tunnel, on est plutôt sur un objectif de découverte et de ciblage, c’est une belle opportunité de raconter l’histoire de la marque. De plus, la volumétrie avec Pinterest est particulièrement intéressante ».

Bien sûr, lorsqu’on parle de social selling, on pense le plus souvent à LinkedIn, notamment pour les marques qui communiquent beaucoup en B to B. Pour le moment Élodie et Côme ont choisi de ne pas investir du temps et de l’énergie dans cette plateforme, car c’est un autre réseau social qu’ils s’apprêtent à conquérir : l’incontournable TikTok.

TikTok : le nouveau challenge du social selling

Si pour le moment Élodie et Côme ont trouvé un bon équilibre avec Instagram, Facebook et Pinterest pour vendre leurs produits, le duo s’est décidé à intégrer cette année la plateforme TikTok à sa stratégie de social selling. « Avec TikTok notre objectif est d’atteindre une autre cible, plus jeune. C’est un levier de Branding très intéressant, mais aussi très chronophage » nous confie Côme.

Pour ce dernier, toute la force de TikTok réside dans le fait de pouvoir faire découvrir la marque à une plus large cible, car si construire une communauté fidèle sur TikTok reste un challenge difficile à relever, l’algorithme de la plateforme peut offrir une visibilité incomparable ; « Instagram permet aux abonnés de découvrir vos produits, mais ce réseau social ne comble pas les objectifs de découverte. TikTok, en revanche, offre la possibilité de mettre en avant votre contenu auprès de millions de personnes » explique Côme.

Les 5 conseils de l’équipe de Flowrette pour se lancer dans le social selling

1. Multiplier les canaux

Pour Côme, pas de doute, la clé du succès du social selling se trouve dans la diversification des plateformes sociales : « Je pense que quand on est une marque jeune il faut essayer d’aller sur plusieurs canaux pour faire connaître ses produits ». Pour autant ce dernier insiste sur le fait de prendre le temps d’identifier les canaux marketing les plus pertinents pour votre marque afin de ne pas vous éparpiller.

2. Se démarquer

Si pour Flowrette Pinterest et Instagram se sont imposées en évidence c’est parce que la marque met l’accent sur le visuel. Pour Côme, il est d’ailleurs essentiel lorsqu’on est une marque visuelle de prendre le temps de trouver sa patte ; « Aujourd’hui sur les réseaux sociaux, nous sommes tous submergés par de l’image et des messages, pour exister au milieu de cette profusion de contenu, il faut faire en sorte d’être reconnaissable ».

3. Être patient

Toute marque ayant essayé de faire croître sa communauté et promouvoir ses produits sur diverses plateformes sociales l’aura remarqué ; créer une communauté à l’heure actuelle est devenu de plus en plus complexe, le conseil de Côme est donc de savoir rester patient ! Si nombreuses sont les marques à céder à la tentation de multiplier les concours pour booster le nombre d’abonnés sur leurs réseaux sociaux, pour Côme cette méthode d’acquisition doit se faire avec finesse « Nous ne faisons des partenariats qu’avec des marques triées sur le volet pour accroître notre communauté. Nous choisissons des marques qui ont les mêmes valeurs que Flowrette et une communauté similaire ou supérieure à la nôtre ».

4. Trouver l’équilibre entre trafic organique et campagnes publicitaires payantes

Lorsqu’on se met au social selling, la question de choisir entre faire confiance à l’organique comme avec Instagram Shopping ou opter pour des campagnes publicitaires payantes se pose naturellement. Selon Côme, le succès du social selling pour une marque se trouve en réalité dans l’équilibre entre ces deux options « Pour moi il faut faire du payant et de l’organique, l’un aide l’autre et c’est pourquoi il faut bien séparer les deux en termes de contenu pour bénéficier de leur complémentarité ». Il souligne l’importance de connecter les plateformes Facebook, Pinterest et Instagram à Shopify, car « cela permet de suivre les publicités payantes de manière assez précise » ajoutant que « faire des publicités payantes permet de recueillir plus de données sur les différentes actions de social selling menées ».

5. Définir sa fréquence de publication

Pour Côme définir la fréquence de publication est extrêmement importante et son succès, Flowrette le doit en partie à l’assiduité d’Élodie notamment sur Instagram : « Élodie poste énormément sur Instagram, mais c’est vraiment au feeling, l’idée est d’incarner la marque avec un contenu du quotidien ». Ce choix fait écho à la volonté de faire de Flowrette une marque qui accompagne les femmes dans leur vie de tous les jours.

Flowrette interview

Et la suite, pour la marque Flowrette ?

L’univers de Flowrette s’agrandit et prend une nouvelle direction pour se muer en un concept store dédié à l’artisanat. Ainsi, la boutique en ligne mettra désormais en avant les créations en fleurs séchées d’Élodie, mais aussi de nombreux autres artisans issus de l’univers de la décoration, du linge de maison ou encore du bijou. Cette nouvelle version de Flowrette a été motivée à la fois par l’envie de mettre le savoir-faire artisanal à l’honneur, mais aussi d’accompagner les femmes à chaque étape de leur vie. À travers ce tournant Élodie et Côme ont pour ambition de toucher une plus large cible et d’offrir à Flowrette une belle croissance.

Vous en savez désormais un peu plus sur le social selling grâce à l’exemple de Flowrette et sur l’utilité que cette technique marketing peut avoir pour votre entreprise. Si vous souhaitez en découvrir plus sur le concept store Flowrette, rendez-vous sur le site de la marque, sur Instagram, sur Facebook, sur Pinterest et très bientôt sur TikTok ! 


Faites comme Flowrette et créez votre boutique en ligne dès aujourd'hui !

Bénéficiez d'un essai gratuit de 14 jours, sans engagement.


FAQ sur le social selling et l'exemple de Flowrette

Comment faire du social selling ?

Pour faire du social selling, commencez par identifier les canaux utiles à votre entreprise, définissez un calendrier de publication et postez très régulièrement, soyez reconnaissable pour vous démarquer, engagez avec votre cible et enfin analysez vos statistiques.

Quel est l'objectif du social selling ?

Le social selling a pour but de permettre aux commerciaux d’identifier des prospects et de créer une relation de confiance sur le long terme avec ces derniers à l’aide des réseaux sociaux. Le social selling est un outil commercial qui sert des objectifs à la fois d’image et de conversion.

Quels sont les canaux incontournables du social selling ?

Lorsqu’on parle de social selling on pense immédiatement à LinkedIn, car il est très utilisé dans le cadre du social selling en B to B. Mais le social selling peut également se faire sur d’autres plateformes sociales comme Facebook, Instagram, Twitter, Pinterest ou encore TikTok. Tout dépend de la cible que vous cherchez à atteindre.

Quelle est la différence entre le Social Selling Index et le Social Selling ?

Le social selling et le Social Selling Index sont deux choses très différentes. Le social selling est un outil commercial, le Social Selling Index est un score de 0 à 100 que LinkedIn attribue à ses utilisateurs. Ce score a pour but d’évaluer le potentiel d’influence des utilisateurs du réseau social.

Which method is right for you?Publié par Maud Leuenberger. Maud est la rédactrice en chef du blog français de Shopify.

Rédaction par : Caroline Lanau-Imber.
Image : Flowrette.